Une leçon d’orthographe s’impose

Une leçon d’orthographe s’impose

Une étude récente a montré que plus de 90% des courriels et contenus de sites web et boutiques de vente en ligne contiennent au moins une faute d’orthographe. Pour améliorer son orthographe, pourquoi ne pas se rappeler et s’inculquer de nouveau de la leçon orthographe apprise à l’école ? Il n’y a aucune honte ni aucun mal à cela.

Quelques exemples, d’apparence tous simples, s’imposent. Mais une fois qu’on les relit et réapprend, on se rend compte qu’on ne maîtrise pas de choses aussi élémentaires. Les majuscules, elles s’utilisent au commencement d’une phrase. Comme la phrase se termine obligatoirement par un point ou toute autre ponctuation, après l’un ou l’autre, la majuscule est de rigueur. Comme ponctuation, on citerait les points d’interrogation, d’exclamation, de suspension mais pas les deux points ni les points virgules. Les noms propres se mettent aussi en majuscule, par exemple, Jeanne d’Arc. Par contre, les adjectifs qualificatifs n’abordent pas de majuscule, par exemple, les paysages anglais.

Toujours en matière de majuscule, les titres et distinctions sont en majuscule, comme par exemple, Monsieur le Directeur. Les noms qui désignent les nationalités se mettent en majuscule, comme, les Africains. Il en est de même pour le nom « état » lorsqu’il veut dire nation. Tous les « Saints » se mettent en majuscule, comme, Saint Pierre. Les noms de fête et époques historiques se mettent également à la majuscule. Pour résumer, il ne faut pas écrire la majuscule n’importe comment et n’importe quand. Un texte tout en majuscule pourrait être considéré comme venant d’une personne extrêmement fâchée.

Comme on peut le voir, à la lecture de ces quelques ligne de leçon orthographe, on s’étonne de ne pas maîtriser de règles aussi simples. Avoir une bonne orthographe nécessite de l’implication de soi et de la bonne volonté. Une volonté réelle à donner le meilleur de soi-même.

Laisser un commentaire